Transmettre. Les séniors assurent le passage de relais

Le senior dirigeant rencontre des problématiques différentes du senior salarié. A l'heure de prendre de la distance avec leurs entreprises comment opèrent-ils, comment se fait le passage de relais ?

La maison Philippe Olivier (CA : 2,6M€) fait référence à Boulogne, dans l'hexagone et auprès de papilles en éveil dans le monde entier. A 58 ans, le nouveau président national des crémiers et fromagers-affineurs français passe la main à son fils Romain, 26 ans. "Aujourd'hui, je m'efface tout doucement. Il gère 50% de l'activité et j'ai prévu de me désengager à hauteur de 10% par an", commente le fromager.

Après 34 ans d'existence, l'entreprise emploie 17 personnes. Sur l'aspect fonctionnel, père et fils ont trouvé leur place. Diplômé de l'ESC Tours-Poitiers et titulaire d'un double diplôme

franco québécois en gestion et développement durable Romain Olivier gère "l'opérationnel. Je suis plus dans la conduite quotidienne tandis que mon père s'occupe de la formation, la recherche de nouveau produits, les contacts avec les producteurs, la communication externe ..." Partageant la même passion et les même orientations éthiques, le duo confie "arriver toujours au même résultat" même s'ils prennent les chemins différents.

Retour aux affaires pour le dirigeant retraité, pour Daniel Osseland, le retour aux affaires au sein de Norlit (CA:

Image

Philippe et Romain Olivier, 58 ans et 26 ans. Père et fils ont trouvé leur place dans cette phase de transmission progressive.

12M€), une importante entreprise de construction du littoral n'était pas prévu. Après avoir intégré le groupe Rabot Dutilleul en 2001, le dirigeant avait souhaité se mettre en retrait et travailler en parallèle avec son successeur. "Cela s'est mal passé. J'ai tiré la sonnette d'alarme. Je n'aurai pas pu admettre que Norlit soit mise à terre. Jean-Pierre Sternheim, P-dg de Rabot-Dutilleul, m'a demandé de reprendre la direction jusqu'à la fin de l'année." Entre-temps, Daniel Osseland avait créé Icob (ingénierie construction ossature bois). Aujourd'hui, le dirigeant délégué assure cette mission via sa société et ne touche pas de salaire car il perçoit une retraite. "Les seniors sont à l'entreprise ce qu'est la sixième vitesse aux automobiles. Nous sommes là pour conseiller et tout cela est validé par les directions. Je suis animé par la volonté d'accompagner quelqu'un pour prendre ma suite".