Appel à contributions

La Chasse aux chansons

Le recensement de Philippe Olivier

Objectif 100 chansons !

Philippe Olivier, vice-Prévôt de la Guilde, tâche d'achever un recueil de chansons et autres citations liées à l'histoire du fromage. Pour transmettre "l'art, la culture et la tradition fromagère".

Depuis une dizaine d'années, Philippe Olivier emplit une caisse de chansons, citations, proverbe et dictons liés de près ou de loin au fromage. Son objectif : éditer un ouvrage grand grand public recueillant 100 chansons fromagères entrecoupés de citations et proverbes et, pourquoi pas, de dessins ou esquisses. " Je souhaite que les générations à venir conservent une trace de toute cette littérature, confie le vice-Prévôt de la Guilde. Toute ma vie, je me suis attaché à transmettre l'art, la culture et la tradition fromagère. Cette partie du métier m'a passionné."

Il aimerait que cet ouvrage permette au métier de développer cet esprit de culture, éventuellement par une diffusion dans certaines crémeries. Déjà il imagine la sortie du cercueil : "Certains chanteurs pourraient entonner des morceaux choisis présentés dans l'ouvrage." Car si certaines chansons disposent de leurs partitions, pour d'autres, il ne reste comme trace que le texte.

Au gré des rencontres

Textes anonymes, textes simples, textes qui ne lui plaisent pas, Philippe Olivier conserve toutes les traces qu'il entrevoir. Bouts de papier déchirés, livres anciens, manuscrits vieillis, rien ne lui échappe. "Je me suis créé un réseau complexe, composé d'amis qui me  préviennent des qu'un texte où le mot fromage figure peut m'être transmis", raconte-t-il. Il fallait y penser, mais Philippe Olivier dispose, dans ses contacts, des noms de professionnels qui, après le décès d'une personne, revendent les ouvrages tombés en désuétude et souvent stockés pendant de longues années dans les greniers des chaumières ou les combles des maisons.

Anecdotes à foison

Ce n'est pas tout. L'auteur en quête d'auteurs sillonne la France, se rend dans les bibliothèques gastronomiques de Paris et autres villes de province, écrit au villes fromagères et aux offices de tourismes des lieux ayant pour nom celui d'un fromage.  "D'ailleurs, si j'achète un livre sur le gaperon, il est rare qu'une chanson ne traîne pas aux alentours. J'en fais tout un fromage." ,s'amuse-t-il, en se remémorant toutes ces péripéties. Il en a appris, des histoires. "Par exemple, à la fin des repas de mariages, l'aubergiste troquait son tablier pour son instrument de musique et aimait à se moquer, en poussant la chansonnette, du curé, du maire et des fromagers, raconte-t-il. Quand la gentille ouvrière prennait son repas de midi, c'était un morceau de gruyère qui lui tenait lieu de rôti."

Il continue : "J'ai appris d'où venait le mot frometon. Ce nom était donné à un vieux neufchâtel. Lorsque les habitants de la région voulaient un fromage affiné, ils l'appelaient neufchâtel. En revanche, lorsqu'ils souhaitaient un neufchâtel encore plus affiné, ils le nommaient frometon."

Appel à contribution

Ces histoires l'éclairent sur l'histoire du fromage. "J'ai mieux compris les choses que je défends, comme les faux formats ou certains fromages à la coupe, car un fromage n'est pas seulement une fiche technique, ni un produit médical."

Après tant d'années d'investigation, Philippe Olivier a réussi à mettre de côté près de quatre-vingt dix textes musicaux. " Je lance un appel du pied à tous ceux et celles qui auraient, dans un coin de leur crémerie ou chez eux, une chanson ou un texte ancien chanté pour achever ce recueil."

Quelques extraits en avant première ...

Poème de Charles Forot sur le Picodon

Une odeur de chèvre,                              Que vous devinez,                                   Exalte vos lèvre.                               Chatouille le nez :                          Onctueuse pâte                                        Mûrie en des pots                                         Dans l'obscure repos                                    Où les doigts les tâtent,                         Quel concert des dons                               Font les picodon                                                  A qui les déguste:                                                Il n'en est comme eux,                          Puissant et crémeux,                                Pour chanter si juste.

Texte de Paul Heautard de 1946

"J'ai vécu ainsi pendant des années, un bonbon de quatre sous, du pain, un verre de café pour déjeuner comme pour mon dîner et je ne suis pas mort."

Texte de Jan Bachot

"Le plaisir nécessaire et non point superflu de n'aimer rien autant q'un aimable fromage." "J'aime mieux un fromage sans dîner qu'un dîner sans fromage."

Texte de James de Loquet

"Tel un brie fait à coeur, amateur de fromage est lui aussi le produit d'un long et délicat affinage."

Chanson enfantine

"AH, madame,  voilà du bon fromage! Voila du fromage au lait, il est du pays, De celui qui l'a fait."